Zéro déchet mais pas que…

🌿Si vous me suivez depuis un moment vous devez déjà savoir que je suis zéro déchet depuis plus de 3 ans maintenant.

🌿Mais qu’est ce que c’est être zéro déchet chez nous?
Je ne sais pas ce qu’il en est des autres familles qui se sont lancées dans l’aventure mais pour nous ça s’est fait en à peine quelques mois. Résultat d’un grand ras le bol: Consommer du jetable, des produits nocifs pour la santé et l’environnement, en avoir toujours plus, en vouloir toujours plus, il n’y avait plus de place pour l’essentiel.
Pour nous le Zéro Déchet n’est que la partie émergée de l’iceberg. On a pas seulement arrêté de jeter, on a repensé totalement notre mode de consommation. Maintenant on regarde, on s’interroge, on réfléchi. Moins acheter mais mieux. Local si possible, bio c’est encore mieux.
Qu’est ce qui change du coup? Tout. A force de ne pas prendre pour comptant ce que la société de consommation essaye de nous faire avaler, c’est notre environnement entier qu’on a remis en question.
Prendre soin de la terre, de nous, des autres.

🌿On a désencombré, on se rapproche de plus en plus du mode de vie minimaliste.
Ce qu’il en reste? Tout. Surtout beaucoup de place pour réfléchir à ce que l’on veut vraiment. C’est de là qu’est né Le Fil d’Armelle d’ailleurs.

🌿En 2018 j’ai perdu un parent, un ami et la maison qui m’a vu grandir… ce qu’il me reste après ça? La conviction de savoir ce qui est important.
Alors est ce que je veux vraiment me prendre la tête à cause des gens qui jugent? De ceux qui ont baissé les bras et qui se moquent des efforts des autres? Des jaloux, des fainéants à la critique facile? Non.
Je veux m’entourer de personnes bienveillantes, positives, qui ont compris que la mesquinerie et les petites guéguerres sont inutiles et épuisantes.

🌿Je veux continuer à être ce petit colibri qui apporte la joie, des solutions, qui participe, qui partage… je suis sûre qu’un jour toutes ces petites graines que j’ai planté feront la différence.

 

 

Texte édité en 1er lieu sur le réseau social Instagram. Pour vous abonner c’est ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *